top of page

Des calculi à l’écriture cunéiforme : l'homme a su compter avant de savoir écrire

Vers 3300 avant J.-C., les Élamites et les Sumériens, pour consigner leurs opérations comptables, recouraient à un système ingénieux de jetons modelés dans de l'argile, connus sous le nom de "calculi". Ces jetons, de dimensions et de formes variées en fonction de leur valeur, étaient placés dans une bulle d'argile scellée par un sceau cylindrique identifiant le propriétaire. Ces bulles renfermaient des informations telles que le décompte du bétail confié à un berger. Lorsque le berger ramenait le troupeau, il suffisait de briser la bulle pour vérifier l'intégralité du troupeau.


Vers 3300 avant J.-C., une évolution significative se produit avec l'apposition d'un résumé du contenu directement sur la sphère, rendant les jetons numériques obsolètes. Les sphères subissent une transformation, s'aplatissent pour devenir des tablettes, et les premiers chiffres prennent la forme d'encoches de tailles variées selon leur valeur.


L'émergence d'une véritable écriture intervient sous la forme de pictogrammes, des dessins schématiques représentant une fonction de "signe-image". Ces pictogrammes sont ensuite associés pour former des idéogrammes ou "signes-idées", comme l'association d'un oiseau et d'un œuf pour représenter la fécondité.


Vers 3000 avant J.-C., une nouvelle étape est franchie avec l'utilisation de ces pictogrammes et idéogrammes pour leur valeur phonétique. Chaque signe correspond désormais à une syllabe, transformant l'écriture en une forme compatible avec la langue parlée.

Les signes évoluent vers une décomposition en lignes droites, que les scribes n'incisent plus, mais impriment à l'aide d'un calame, une tige de roseau à bout triangulaire, laissant des empreintes en forme de coins. Cette technique donne naissance à la graphie cunéiforme, dérivant du latin "cuneus" signifiant "coin" ou "clou", originaire de Sumer.


L'évolution de l'écriture se poursuit, s'adaptant d'abord à la langue sumérienne, puis aux langues étrangères telles que l'akkadien, le hittite, le hourrite, etc.


Du simple "signe-image" au "signe-son", et finalement à la graphie cunéiforme, l'écriture cesse d'être une simple notation aide-mémoire pour devenir un moyen d'enregistrer contrats, documents économiques, administratifs, religieux, voire des textes littéraires et poétiques tels que l'épopée de Gilgamesh. À partir de la Mésopotamie, le cunéiforme se propage, dès le IIe millénaire, dans tout le Proche-Orient, du golfe arabo-persique à la Méditerranée, de l'Iran au Caucase, jusqu'à l'Asie Mineure et la Palestine.



calculi
Calculi


3 vues

Posts similaires

Voir tout

Σχόλια


bottom of page