top of page
io_v1_uploads_b3574e6a-6a3b-4c85-88b2-0faa3d7504ce_110_.jpg

Astrologie Karmique

L'astrologie karmique est un voyage dans le passé pour mieux vivre le présent.

Origines de l'Astrologie karmique

Il y a bien longtemps, chaque signe du zodiaque se vit attribuer par Dieu un don symbolisant une part de sa voie divine :

Le Bélier fut béni de la confiance,

Le Taureau se vit doté de la force,

Le Gémeau fut gratifié de la connaissance,

Le Cancer accueillit la prospérité familiale,

Le Lion fut honoré de l’honneur,

La Vierge fut investie de la pureté d'esprit,

La Balance fut comblée d'amour,

Le Scorpion fut revêtu de détermination,

Le Sagittaire reçut l'espoir en héritage,

Le Capricorne fut chargé du sens des responsabilités,

Le Verseau se vit offrir la liberté,

Le Poisson fut touché par la compassion.

Après avoir confié à chaque signe du zodiaque un don représentant une parcelle de sa voie divine, Dieu leur demanda de faire bon usage de ces présents. Cependant, chaque signe crut que le don des autres était meilleur que le sien propre. Alors, Dieu leur accorda la possibilité d'échanger leurs dons. À chaque échange, les signes réalisèrent que le don qu'ils avaient obtenu était tout aussi important et difficile que leur don initial. En échange, Dieu leur annonça qu'ils seraient réincarnés jusqu'à ce qu'ils aient pleinement assumé leur propre don. Pour les aider dans cette quête, Dieu leur accorda un temps infini.

Depuis notre première incarnation sur terre, nous avons vécu de nombreuses expériences, avec des réussites diverses. Le thème karmique nous permet de comprendre les fardeaux du passé que nous traînons dans cette vie, afin de nous donner la possibilité de nous en libérer définitivement.

À chaque réincarnation, nous avons ainsi l'opportunité de nous améliorer pour mieux vivre notre destinée. Il est essentiel de ne pas nous sentir coupables des erreurs passées, mais plutôt de les comprendre afin de ne plus les répéter.

Le cycle des réincarnations

Pour évoluer, le destin d’un homme doit en passer par les douze signes du zodiaque. D’après certaines traditions orientales, il lui faut s’incarner au moins douze fois dans chacun de ces signes, soit cent quarante-quatre fois en tout. C’est un minimum. Il fera ainsi le tour de tous les ascendants de chaque signe et connaîtra toutes les personnalités accessibles au cours d’une vie humaine. Pour mériter de devenir un esprit pur, il est indispensable d’expérimenter toutes les formes de caractère, toutes les formes d’existence. Mais 144 réincarnations ne suffisent pas à la plupart des êtres. Le Bouddha en aurait connu cinq cents avant de comprendre le monde et la grande majorité d’entre nous est quelque part entre mille et deux mille réincarnations humaines.

Vocabulaire
  • Transmigration : la même âme va animer successivement des êtres très différents.

  • Métempsycose : incarnation d'une âme d'homme dans un corps d'animal.

  • Transamination ou de métensomatose : l'âme qui change de corps et non l'inverse.

 

Pour mieux appréhender ce phénomène, le terme "réincarnation" a émergé en 1875. Il a été introduit pour remplacer la notion de métempsycose-châtiment par une conception positive de l'évolution humaine, telle qu'elle était envisagée par différents auteurs de la fin du XIXe siècle, dont Fourier, Jean Reynaud, Pierre Leroux, George Sand ou Allan Kardek (1803-1869). Selon cette vision, après avoir traversé les formes les plus primitives jusqu'aux formes les plus évoluées des animaux, l'homme ne se réincarne plus que très rarement en animal. Désormais, on ne parle plus que de réincarnations successives dans des vies humaines. Cette nouvelle conception s'accompagne de la notion de causalité psychique, où chaque action se répercute dans la vie suivante (principe du karma).

La réincarnation selon Allan Kardec

Extrait tiré des « Principes fondamentaux de la doctrine spirite »

 

  1. L’esprit est l’être principal préexistant et survivant au corps, qui n’est qu’un accessoire temporaire.

  2. L’esprit est immortel ; le corps seul est périssable

  3. Les esprits, dégagés du corps charnel, constituent le monde invisible ou spirituel, qui nous entoure et au milieu duquel nous vivons.

  4. La mort du corps ne change rien à la nature de l’esprit qui conserve les aptitudes intellectuelles ou morales acquises pendant la vie terrestre.

  5. L’esprit porte en lui-même les éléments de son bonheur ou de son malheur. Le malheur de l’homme sur la Terre provient de son inobservation des lois divines.

  6. Rien de ce que l’homme acquiert pendant la vie terrestre en connaissances et en perfection morale n’est perdu pour lui ; il est dans la vie future ce qu’il s’est fait dans la vie présente.

  7. Le progrès est la loi universelle ; en vertu de cette loi, l’esprit progresse indéfiniment.

  8. Les esprits sont au milieu de nous ; ils nous entourent, nous voient, nous entendent et se mêlent, dans une certaine mesure, aux actions des hommes.

  9. Les esprits n’étant autres que les âmes des hommes, on trouve parmi eux tous les degrés de savoir et d’ignorance, de bonté et de perversité que l’on trouve sur terre.

  10. À mesure que les esprits avancent dans la perfection, ils habitent des mondes de plus en plus avancés physiquement et moralement. C’est sans doute ce qu’entendait Jésus par ces paroles : « il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père »

  11. Les esprits peuvent se manifester de diverses manières, par l’inspiration, la parole, la vue, l’écriture, etc….

  12. Les communications des esprits sont des opinions personnelles qui ne doivent pas être acceptées aveuglément.

  13. Il n’y a rien de miraculeux dans les manifestions des esprits et qu’elles tendent à l’élévation de l’homme en lui prouvant que la Terre n’est pour lui ni le commencement ni la fin de toutes choses et qu’il a d’autres destinées.

  14. Les êtres désignés sous le nom d’anges ou de démons ne sont point des créations spéciales, distinctes de l’humanité. Les anges sont des esprits sortis de l’humanité et qui sont arrivés à la perfection ; les démons sont des esprits encore imparfaits mais qui s’amélioreront.

  15. Par le fait des manifestations des esprits, ce que nous appelons miracles n’existent pas, au sens théologique du terme, car rien ne s’accomplit en dehors des lois de la nature.

  16. Toutes les facultés intellectuelles et morales ont leur source dans le principe spirituel et non dans le monde matériel

  17. L’esprit de l’homme en s’épurant tend à se rapprocher de la divinité, principe et fin de toutes choses.

  18. L’âme humaine, émanation divine, porte en elle le germe ou principe du bien qui est son but final et doit le faire triompher des imperfections inhérentes à son état d’infériorité sur la Terre.

  19. Tout ce qui tend à élever l’homme, à dégager son âme des étreintes de la matière, que ce soit sous forme philosophique ou religieuse, est un élément de progrès qui le rapproche du bien, en l’aidant à triompher de ses mauvais instincts.

 

Après de nombreuses années de pratique spirite, Allan Kardec a retranscrit ses principes sur papier juste avant de rejoindre l’autre monde.

Intéressez par un thème karmique ?
En savoir plus
bottom of page