Carole Voyante Astrologue voyance, cartomancie, prevision, medium, spirite, tote bag, Cartomancienne amour, couple, astrologie, numerologie, tarot, horoscope, clairvoyante

CAROLE 
Medium Clairvoyante

Laissez-moi vous montrer le chemin
06.69.37.06.30

Blog

Ostara, sabbat solaire, 21 mars

Publié le 21 mars 2016 à 6:35 Comments commentaires (1)

Ostara est une fête païenne célébrée le 21 mars à l'équinoxe de printemps. Cette fête symbolise le renouveau de la vie et de la terre, après un hiver froid et dur, et le retour de la Déesse sous son visage de jeune fille et d'amante. Comme Imbolc (1er février), Ostara célèbre l'aube et de la vie croissante. Ostara vient du Germain "Ost" ou "Est", signifiant l'aube ou la vie renouvelée.

 Pour honorer Ostara, Il est de coutume de décorer les autels personnels avec des fleurs printanières fraîches comme les tulipes, les narcisses, les crocus, les jacinthes, des paquets de graines pour réaliser une semence, une petite plante verte, peindre avec de vives couleurs les œufs, symboles de renaissance, avant de les manger. Les poussins, canetons, et lapereaux, sont tous symboliques de la saison. Le Lapin, ancien symbole de la Lune, représente le renouvellement de la fertilité de la Terre. Il est également conseillé de faire une promenade en pleine nature, pieds nus. C'est une sorte de célébration, une marque de bienvenue aux beaux jours et aux plantes éclatantes de vie.

 Ostara est un Sabbat Solaire et est sacré pour le Seigneur du Soleil levant et de la Vie. Gardien des plantes, des animaux, et de la lumière grandissante du Soleil. On lui attribue plusieurs noms : l'Homme Vert, Jack le Vert ou George le Vert, toujours entouré de verdure. Parfois il est représenté comme un arbre.

 Ostara possède aussi de fortes connotations féminines, et est sacré pour la Jeune Déesse comme pour le Jeune Dieu. Ostara et Eoster sont tous deux des noms germaniques de la Jeune Déesse en tant que Dame de l'Aube.

La légende raconte que La Déesse, sortie de son sommeil, enveloppa la terre de fertilité, le Dieu Soleil gagna alors en maturité et parcouru les prairies verdoyantes. Les animaux sauvages poussés par les déités s’accouplaient, on semait les champs. Sous certains d’aspects, Ostara se rapproche de la Pâque chrétienne, comme les cloches qui été sonnées pour provoquer le réveil de la nature ou encore les œufs offerts à la terre comme offrande à la déesse de la fertilité.


Les symboles et correspondances :

• Couleurs : vert, jaune, mauve et rose

• Encens : jasmin, sauge et fraise

• Chandelles : vertes et jaunes

• Fleurs : violette, tulipe, jacinthe et toutes les fleurs printanières

• Arbre : saule

• Pierres : jaspe rouge, aqua marine et l'héliotrope

• Carte du tarot : la lune, acarne majeur 18

• Planètes : Jupiter et Neptune

http://www.isoptech.com/astrologie-celte


 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ostara

photo : Ostara (1884) par Johannes Gehrts.

 

 

LES PRESAGES, AUGURES ET SORTS

Publié le 23 février 2016 à 13:00 Comments commentaires (0)


Il faut distinguer les présages des augures. Les augures sont à interpréter en suivant les règles de l'art augurai et sont liés à des signes spéciaux. Les présages, sont spontanés et interprétés de façon personnelle, d'une manière plus vague et plus arbitraire.

On distingue à sept classes de présages : 1° les paroles fortuites; 2° les tressaillements de quelques parties du corps, surtout du cœur, des yeux, des sourcils; 3° les tintements d'oreille; 4° les éternuements du matin, du midi et du soir; 5° les chutes imprévues; 6° la rencontre de certaines personnes étranges, étrangères ou contrefaites, et aussi la rencontre de certains animaux; 7° les noms et prénoms.

Observer les présages ne suffit pas, il faut aussi les accepter, et remercier la divinité s'ils sont favorables et s’ils s’avèrent être défavorables il faut prier les dieux afin d’en abroger les effets.

A Rome, toutes les fois qu'un présage paraissait défavorable, le dieu Averruncus était invoqué, dans l’espoir de détourner les maux ou d'y mettre fin. Ce surnom, d'un mot latin qui signifie « détourner », se donnait même assez souvent aux autres dieux, quand on les priait de conjurer un malheur.

Le recours aux présages se faisait en toute occasion : pour le démarrage d'une affaire importante, aux premières heures du jour, au premier jour d'un mois et principalement d'une année : de là l'usage des paroles de bon augure dans les rencontres, les salutations, les souhaits, et jusque dans le langage le plus ordinaire de la conversation. Les Romains évitaient les paroles de mauvais augure, mais aussi certains gestes, attitudes, regards. Les crédules accordaient à certaine personne le pouvoir de fasciner, et de jeter un sort le plus souvent mauvais.

A cette époque, le sort représentait la part de chance et de malheur dévolue à chacun par le Destin. Ce mot étant féminin en latin, les Romains avaient fait de la déesse « Sors », une fille de Saturne, à qui on rendait les mêmes hommages qu'au Destin ou à la Destinée. Elle était représentée sous les traits d'une jeune fille, à la parure recherchée, tenant sur sa poitrine une petite boîte carrée, propre à contenir ce qui est nécessaire pour tirer les sorts. On tirait les sorts généralement au moyen de dés : dans les temples on les jetait soi-même, d'où est venue cette expression : « aléa a jacta est », « le sort est tombé », ou « le dé en est jeté ».

Ce genre de divination était pratiqué en Grèce., Préneste et Antium, deux villes d'Italie, avaient le privilège de contenir les sorts; et les romains allaient fréquemment les y interroger. Mais on allait aussi les interroger en Sicile, au temple des frères jumeaux Palices, fils de Jupiter et de la nymphe Thalie. Thalie craignant le ressentiment de Junon, pria Jupiter de la cacher dans les entrailles de la terre. Peu après, il sortit de terre deux enfants qui furent mis au rang des dieux.

Près de leur temple était un petit lac d'eau bouillante et sulfureuse, toujours plein, sans jamais déborder : on le regardait comme le berceau d'où les deux frères étaient sortis. Longtemps ce fut près de ce lac que les Grecs allaient faire des serments solennels ; plus tard le temple des Palices devint un asile pour les esclaves maltraités par leurs maîtres; enfin le lac des frères Palices fut utilisé pour tirer les sorts. On y jetait des formules écrites sur des billets qui surnageaient ou tombaient au fond, suivant que le présage était ou n'était pas favorable.


www.sacra-moneta.com/La-Mythologie-de-Commelin/Les-Presages-et-les-Sorts.html

 

Le capteur de rêves

Publié le 21 février 2016 à 10:15 Comments commentaires (0)

Dans la culture amérindienne, un capteur de rêves ou attrapeur de rêves est un objet artisanal ojibwé appelé asubakatchin composé d'un cerceau en saule dans lequel est tissé un filet en forme de toile d'araignée avec un trou central. Selon la croyance populaire, le capteur de rêve est censé empêcher les mauvais rêves d'envahir le sommeil de son détenteur. Pendant la nuit, les mauvais rêves resteront pris dans le filet, pour être brûlés par les premières lueurs du jour. Les beaux rêves passeront à travers le trou central pour être conservés dans les plumes installées autour du cerceau. Les plumes représentent l'amour, la douceur et la bonté. On peut aussi insérer sur le filet des petits objets précieux, comme une petite pierre de couleur ou tout autre objet qui pour nous est précieux.

De nos jours, on accroche les capteurs de rêves à la fenêtre, afin que le soleil puisse détruire les mauvais rêves installés dans les perles de la toile.

Selon la culture huronne, nous faisons tous partie du Grand Esprit, créateur de la nature et des hommes. Il nous fait rêver afin que nous puissions mieux nous comprendre. Le rêve est ainsi le véhicule permettant l'échange entre l'homme et le Grand Esprit. Le rêve exprime les besoins de l'âme, besoins aussi primordiaux que ceux du corps. Le rêve permet de se libérer, assure l'équilibre. En écoutant la démarche que les rêves nous proposent, on comprendrait beaucoup mieux les besoins de l'âme.

Le capteur de rêves aide à contrôler les rêves, comme on peut contrôler ses pensées, sa vie. À l'origine, il était destiné aux enfants qui faisaient de mauvais rêves. Le capteur aide l'enfant à mieux cerner ses idées et permet à l'adulte de vérifier les peurs de l'enfant. Le petit apprend ainsi à faire le tri dans les pensées qu'il veut garder et celles dont il veut se départir.



 

Légendes liées à la Pleine lune

Publié le 25 octobre 2015 à 13:40 Comments commentaires (0)


En Perse, il était de coutume de comparer la beauté d'un visage à celle de la pleine Lune, l'amoureux chuchotait alors que le visage de l'être aimé surpassait l'éclat de la Lune.

En chine, la pleine lune représentait l'union totale du yin et yang, et était comparée à un miroir, symbolisant l'union sexuelle idéale.

Dans la kabbale, la Lune est comparée à une princesse inaccessible qui apparaît et disparaît sans cesse, et celui qui la désire, doit voyager dans le monde de l'impossible. On comprendra que séduire la princesse est sur la terre comme au ciel, une mission irréaliste et impossible.

En Iran et en Égypte, si on aperçoit la pleine Lune, il faut vite fermer les yeux et les rouvrir sur un visage aimé, cela porte bonheur.

En Inde, la femme désirant avoir un enfant doit entrer nue dans l'eau, face à la Lune.

Au Groenland, les femmes s'abstiennent de boire le soir de la Pleine Lune de peur d'être enlevées par elle.

Au moyen orient, on choisit la pleine Lune pour la nuit de noces, symbole de fécondité.

En Sibérie, on se marie et on part en voyage à la pleine Lune.

Pour les nomades, la purée de pois exposée au clair de Lune rend joyeux.

En Alaska, à la pleine Lune de janvier, le chaman porte le masque du saumon pour attirer les poissons.

En Anjou, on guérit ses verrues en regardant la lune et en frottant les verrues avec de la terre en même temps.

Dans le Sussex, si la nouvelle Lune tombe un samedi, il pleuvra et ventera pendant 10 jours.

Regarder la pleine Lune par la vitre d'une fenêtre porte malheur. Si cela vous arrive, il faut dire : Bonsoir madame la Lune, portez-moi chance.


http://www.esoterika.org/dotclear/index.php?2012/09/24/322-superstitions-lunaires-et-legendes

 

 

Couleur : le Vert

Publié le Comments commentaires (0)

Couleur : le Vert

Qu’il soit : émeraude, anglais, de Prusse, Armor, Antioche, américain, de Montpellier, de Paris, de Chypre, Scheele, Véronèse, Hooker, kaki, caca d’oie, réséda, mousse, olive, citron, tilleul, lierre, houx, cyprès, buis, jonc, prairie, cosse, salade, laitue, pré, gazon, pin, amande, pois, feuille d’orme, pomme, eucalyptus, iris, poireau, épinard, cresson, pistache, chartreuse, printemps, lumière, phtalocyanine, vessie, permanent, de chrome, minéral, Agathe, malachite, turquoise, jade, jaspe, sulfate, bouteille, glauque, de gris, de mer, Cinabre, de jaspe, paon, perroquet...

….le Vert, mélange de jaune (couleur terrestre) et de bleu (couleur céleste), complémentaire au rouge (couleur infernale) est une couleur médiane entre le chaud et le froid, le haut et le bas, c'est une couleur rassurante, rafraîchissante et humaine par-dessus tout.

 

Jusqu’au 17e siècle, elle fut classée comme couleur excentrique partout en Europe, sauf en Allemagne, le vert symbolisait l'instabilité, le mouvement. Les jongleurs et les bouffons s'habillaient en vert. Les jeux d'argent s'organisaient et s’organisent toujours sur des tables tapissées de vert.

 

Le vert représente la chance, le hasard, la fidélité, la jeunesse, l’amusement.

Le vert est aussi associé à la fécondité et la renaissance de ses liens à la nature.

Il est la couleur de la santé, de l'hygiène et de la fraîcheur.

Elle est surtout la représentation de la permission de la liberté donc de la sécurité (feu vert).

Elle génère la connaissance qui conduit à la justice.

S'habiller en vert renvoie à l'élégance, au raffinement.

C’est une couleur féminine, réflexive et accueillante.

 

Pour les chrétiens, le vert représente la régénération de l’âme, la charité, la sagesse, c’est la couleur de la Vierge et de L’Enfant Jésus et du Christ après sa crucifixion. Le vert est donc la manifestation de l’Amour et de la Sagesse divine dans la création, origine de la vie, donc beauté, jeunesse, vigueur, force vitale. Il s’identifie à la régénération de la nature et aussi à la régénération spirituelle avec l’espérance de l’immortalité.

 

Au Moyen-Age, le vert était la couleur des toges que portaient les médecins et de nos jours c'est toujours la couleur des apothicaires.

 

Le Vert représente aussi le Graal, fait d'émeraude ou de cristal vert, et contenant le sang de Dieu.

 

En Chine, elle correspond au Tschen, ébranlement, ce qui correspond au jaillissement de la nature au printemps et aussi au bois, à l’espérance, à la force, à la longévité, donc à l’immortalité.

 

La complémentarité du rouge (le feu) et du vert (l'eau), se retrouve dans la représentation de la complémentarité des sexes : le rouge représente l'homme/le mâle (actif ou yang) et le vert représente la femme/la femelle (passif ou yin). D'ailleurs dans le tao, le yin et le yang portent ces deux couleurs : le yang est rouge et le yin est vert.

 

En Inde, les eaux primordiales vertes donnèrent la vie et Vishnu, porteur du monde, est une tortue au visage vert. La déesse de la matière philosophale qui naît de la mer de lait a le corps vert.

 

Pour l’islam, le vert est le salut car le manteau du prophète Mahomet était vert. Au paradis musulman les saints sont vêtus de vert comme le prophète car ils sont la connaissance. L'islam est le premier à associer le vert à la nature.

 

Pour les Wiccans, Dieu est représenté par une bougie de couleur rouge, et la Déesse par une bougie de couleur verte.

 

Associé au chakra du cœur, c'est la couleur de l'amour universelle. Visualiser la couleur verte apaise, équilibre et tonifie en même temps.

Sa vertu spirituelle est celle de la foi.

Ses vertus humaines sont l'honneur, la courtoise, la joie et l'abondance.

 

On associa volontiers le vert à la représentation de démons, dragons, esprits, de martiens et autres créatures maléfiques... . C'est la couleur de la moisissure, de la putréfaction, et du teint des malades. La pierre portée au front par Lucifer avant sa chute est l'émeraude, mais c'est aussi une pierre papale. Satan, sur un des vitraux de la Cathédrale de Chartres, a la peau et les yeux verts.

 

Certaines superstitions négatives lui sont attribuées telles que le vert est interdit dans un théâtre, les livres en vert seraient les moins vendus...

 

Pour finir, le vert est une couleur ambivalente, au milieu de tout, symbole d'équilibre, de paix mais surtout une couleur neutre.

 

 

le fer à cheval porte bonheur

Publié le Comments commentaires (0)

A partir du Moyen Age, on commençait à ferrer les sabots des chevaux et naturellement le fer à cheval devint un objet magique.

 

La légende rapporte que Dunstan, un orphelin élevé dans une abbaye près de Glastonbury pratiquait la maréchalerie. Il devint moine, prêtre puis en 957, évêque de Worcester. Sur le point de devenir archevêque de Cantorbéry, il reçut la visite d'un homme qui voulait se faire fixer des fers à cheval sous ses pieds. Il pria l'homme de lui présenter ses pieds afin d'en connaître la taille. Mais l'homme en relevant le bas de sa robe fit apparaitre non pas des pieds avec des orteils, mais des pieds de bouc. Dunstan comprit que son client n'était autre que Satan. Posément, il expliqua à Satan que pour le ferrer, il était dans l’obligation de l'enchaîner au mur, comme on le ferait pour un cheval. Satan ne se méfiant pas se laissa attacher. Dunstan posa les fers de manière si douloureuse que le diable cria grâce. L'évêque en lui rendant sa liberté lui fit promettre de ne jamais pénétrer dans une maison dont la porte d'entrée est surmontée d'un fer à cheval.

 

Depuis cette date, les chrétiens placent sur leurs portes un fer à cheval. Mais attention : le fer doit être fixé avec les branches vers le haut, sinon, la chance glissera et tombera.

 

Le fer à cheval devint aussi un porte bonheur pour celui qui le trouvait sur son chemin. Au Moyen Age, trouver un fer à cheval était considéré comme un signe de chance. Et plus il avait de clous, plus la chance était grande. Car le précieux métal pouvait être revendu à n'importe quel forgeron ou maréchal-ferrant ainsi le fer à cheval apportait la "bonne fortune" à son découvreur.

 

De quoi rendre obsolète le fameux dicton qu’on ne trouve pas de valeur "sous les sabots d'un cheval".


 

 

Couleur : le Vert

Publié le Comments commentaires (0)

 

Qu’il soit : émeraude, anglais, de Prusse, Armor, Antioche, américain, de Montpellier, de Paris, de Chypre, Scheele, Véronèse, Hooker, kaki, caca d’oie, réséda, mousse, olive, citron, tilleul, lierre, houx, cyprès, buis, jonc, prairie, cosse, salade, laitue, pré, gazon, pin, amande, pois, feuille d’orme, pomme, eucalyptus, iris, poireau, épinard, cresson, pistache, chartreuse, printemps, lumière, phtalocyanine, vessie, permanent, de chrome, minéral, Agathe, malachite, turquoise, jade, jaspe, sulfate, bouteille, glauque, de gris, de mer, Cinabre, de jaspe, paon, perroquet...

….le Vert, mélange de jaune (couleur terrestre) et de bleu (couleur céleste), complémentaire au rouge (couleur infernale) est une couleur médiane entre le chaud et le froid, le haut et le bas, c'est une couleur rassurante, rafraîchissante et humaine par-dessus tout.

 

Le Vert, mélange de jaune (couleur terrestre) et de bleu (couleur céleste), complémentaire au rouge (couleur infernale) est une couleur médiane entre le chaud et le froid, le haut et le bas, c'est une couleur rassurante, rafraîchissante et humaine par-dessus tout.

 

Jusqu’au 17e siècle, elle fut classée comme couleur excentrique partout en Europe, sauf en Allemagne, le vert symbolisait l'instabilité, le mouvement. Les jongleurs et les bouffons s'habillaient en vert. Les jeux d'argent s'organisaient et s’organisent toujours sur des tables tapissées de vert.

 

Le vert représente la chance, le hasard, la fidélité, la jeunesse, l’amusement.

Le vert est aussi associé à la fécondité et la renaissance de ses liens à la nature.

Il est la couleur de la santé, de l'hygiène et de la fraîcheur.

Elle est surtout la représentation de la permission de la liberté donc de la sécurité (feu vert).

Elle génère la connaissance qui conduit à la justice.

S'habiller en vert renvoie à l'élégance, au raffinement.

C’est une couleur féminine, réflexive et accueillante.

 

Pour les chrétiens, le vert représente la régénération de l’âme, la charité, la sagesse, c’est la couleur de la Vierge et de L’Enfant Jésus et du Christ après sa crucifixion. Le vert est donc la manifestation de l’Amour et de la Sagesse divine dans la création, origine de la vie, donc beauté, jeunesse, vigueur, force vitale. Il s’identifie à la régénération de la nature et aussi à la régénération spirituelle avec l’espérance de l’immortalité.

 

Au Moyen-Age, le vert était la couleur des toges que portaient les médecins et de nos jours c'est toujours la couleur des apothicaires.

 

Le Vert représente aussi le Graal, fait d'émeraude ou de cristal vert, et contenant le sang de Dieu.

 

En Chine, elle correspond au Tschen, ébranlement, ce qui correspond au jaillissement de la nature au printemps et aussi au bois, à l’espérance, à la force, à la longévité, donc à l’immortalité.

 

La complémentarité du rouge (le feu) et du vert (l'eau), se retrouve dans la représentation de la complémentarité des sexes : le rouge représente l'homme/le mâle (actif ou yang) et le vert représente la femme/la femelle (passif ou yin). D'ailleurs dans le tao, le yin et le yang portent ces deux couleurs : le yang est rouge et le yin est vert.

 

En Inde, les eaux primordiales vertes donnèrent la vie et Vishnu, porteur du monde, est une tortue au visage vert. La déesse de la matière philosophale qui naît de la mer de lait a le corps vert.

 

Pour l’islam, le vert est le salut car le manteau du prophète Mahomet était vert. Au paradis musulman les saints sont vêtus de vert comme le prophète car ils sont la connaissance. L'islam est le premier à associer le vert à la nature.

 

Pour les Wiccans, Dieu est représenté par une bougie de couleur rouge, et la Déesse par une bougie de couleur verte.

 

Associé au chakra du cœur, c'est la couleur de l'amour universelle. Visualiser la couleur verte apaise, équilibre et tonifie en même temps.

Sa vertu spirituelle est celle de la foi.

Ses vertus humaines sont l'honneur, la courtoise, la joie et l'abondance.

 

On associa volontiers le vert à la représentation de démons, dragons, esprits, de martiens et autres créatures maléfiques... . C'est la couleur de la moisissure, de la putréfaction, et du teint des malades. La pierre portée au front par Lucifer avant sa chute est l'émeraude, mais c'est aussi une pierre papale. Satan, sur un des vitraux de la Cathédrale de Chartres, a la peau et les yeux verts.

 

Certaines superstitions négatives lui sont attribuées telles que le vert est interdit dans un théâtre, les livres en vert seraient les moins vendus...

 

Pour finir, le vert est une couleur ambivalente, au milieu de tout, symbole d'équilibre, de paix mais surtout une couleur neutre.