Carole Cartomancienne Astrologue depuis plus de 30 ans voyance, astrologie, cartomancie, prévision, amour, couple, numerologie

CAROLE 
Voyante Cartomancienne Astrologue

Laissez-moi vous montrer le chemin
06.69.37.06.30

Le Mythe d'Apollon

Quand Apollon, fils de Zeus et de Léto, naquit au 7e jour du mois, des cygnes sacrés vinrent tournoyer 7 fois au-dessus de l’ile aux cailles où s’était réfugiée sa mère poursuivie par la jalouse Héra. Zeus offrit à son fils : une mitre d’or, un char attelé par des cygnes et d’une lyre à 7 cordes. Apollon fit de l’ile des cailles ou l’ile des métamorphoses le centre du monde grec qu’il nomme Délos « la brillante ». Dieu de la végétation, de la musique, de la divination, Apollon est un dieu guerrier qui écarte le mal. Ses attributs sont un arc et le laurier est son arbre sacré. C’est le purificateur par excellence. Quand il bâtit les murs de Troie, c’est au son de sa lyre que les pierres se déplaçaient d’elles-mêmes. Apollon rendait ses oracles, à Delphes, par l’intermédiaire d’une prêtresse, la Pythie, qui était assise sur un trépied couvert de la peau de Python, placé au-dessus d’une cavité d’où sortaient des vapeurs sulfureuses.


Apollon représente tous les éléments qui permettent à l’être de s’accomplir et dont les actes sont en accord avec sa volonté.


Symbolisme :

Le nombre 7 symbole de l’unité car il représente la totalité du temps et de l’espace contenant ainsi la matière 4 et l’esprit 3

Le cygne : symbole de la lumière blanche immaculée du Soleil et de l’amour, de la nudité et de la résurrection.

La caille : oiseau de feu symbole de chaleur et de lumière souvent assimilé au Phénix et au Soleil spirituel.

La mitre : symbole de la royauté, du triomphe de l’homme, dont la volonté et le destin s’accomplissent, s’unit à l’unité et atteint la perfection.

L’or : métal divin contenant la lumière divine de la connaissance, de l’immortalité et de l’absolu.

Le char : véhicule de l’âme, de la pensée, de l’amour, de la vie représentant la course du Soleil

La lyre : symbole de ‘harmonie cosmique et de l’inspiration

L’arc : symbole de la maitrise de soi, de ses instincts, de ses actes et de sa force. Les flèches représentent les rayons de soleil qui éclaire le monde et la conscience. Ce sont les flèches du jugement et de la vérité.

Le laurier : symbole d’héroïsme, de gloire et d’immortalité obtenus à force de volonté, de courage et de sagesse éternellement dispensés.

Le lion de Némée

Fut le premier des 12 travaux qu'Eurysthée imposa à Héraclès (Hercule). Tuer et ramener le lion de Némée qui ravageait l'Argolide et dont la peau était si dure qu’aucun métal ne pouvait l'entamer.

Parvenu à Cléonae, à mi-chemin entre Corinthe et Argos, Héraclès logea chez un cultivateur du nom de Molorchos, dont le fils avait tué par le lion. Un jour, sur le point d'offrir son seul bouc en sacrifice, Molochors fut stoppé par Héraclès qui lui demanda d'attendre un mois avant d’offrir un sacrifice à Zeus s'il revenait vivant.


Héraclès trouva Némée dépeuplée dans tous les environs à cause des ravages occasionnés par le lion. Il se mit à sa recherche sur le mont Apesas, puis sur le mont Trétos et là, il aperçut le lion revenant vers sa tanière, tout maculé du sang de sa dernière victime. Il décocha sur lui une pluie de flèches d'Apollon, mais à son grand étonnement elles rebondirent sur sa peau épaisse sans lui faire une seule égratignure. Ensuite, il utilisa son épée, brandit sa massue, rien n’y fait. Héraclès disposa alors un filet à l'une des issues de l'antre et entra par l'autre puis vaillamment, pénétra dans l'antre du fauve. Sachant à présent qu'aucune arme ne servirait contre le monstre, il le prit à bras-le-corps et engagea une lutte féroce. Héraclès lui fit la prise du collier et serra avec tant de force qu'il étouffa petit à petit la monstrueuse bête.


Vainqueur, Héraclès revint à Cléonae le trentième jour en rapportant la dépouille du lion sur ses épaules et il fit avec Molorchos un sacrifice à Zeus.

Puis Héraclès emporta la dépouille du lion à Mycènes. Eurysthée, stupéfait et terrifié, lui interdit à jamais l'accès de la ville et lui ordonna, à l'avenir, de déposer le fruit de ses Travaux en dehors des portes de la ville. Eurysthée donna l'ordre à ses forgerons de fabriquer une jarre en bronze qu'il enfouit dans la terre. Depuis à chaque fois qu'Héraclès revenait, il se réfugiait dans la jarre et envoyait ses ordres par la voix d'un héraut appelé Coprée.


Héraclès utilisa les propres griffes du fauve, tranchantes comme un rasoir pour le dépecer. Il fit de de sa peau invulnérable une armure et de sa tête un casque. 


Le lion fut mis au nombre des constellations par Zeus, pour perpétuer l'exploit d'Héraclès.

La Fée Morgane

La Fée Morgane fait partie de la légende arthurienne. Elle est grande, possède de longs cheveux noirs nattés. Elle est étrange, un peu sauvage et hallucinée comme son Maître, Merlin. Ses vêtements sont plutôt verts, blancs ou noirs.


Morgane, fille du roi Gorloes de Cornouailles, Seigneur de Tintagel, est aussi la demi-sœur du roi Arthur. A la mort de son père, elle est élevée par son beau-père, Uter Pendragon. Morgane est très savante, dans les sciences médicales, en astronomie et en magie, enseignée par Merlin.


Morgane suit Arthur et sa femme Guenièvre à Camelot. Là, tous les beaux et preux chevaliers n’ont d’yeux que pour Guenièvre. Morgane doit se contenter des blessés qu’elle recueille et soigne par son art.


Un jour cependant, elle rencontre Guyomar, séduisant en diable et cousin de Guenièvre. Les deux jeunes gens tombent éperdument amoureux l’un de l’autre. Ils se voient souvent en secret. Mais Guenièvre surprend les amants et les sépare. Trahie et déchirée, La Fée Morgane va dès lors détester Guenièvre toute sa vie durant et demander vengeance.


Cependant, après la bataille sanglante entre Arthur et son neveu rebelle Mordred, Morgane fut l’une des trois femmes qui emmenèrent le souverain mortellement blessé à Avalon à bord d’un bateau noir pour le mettre « en dormition ». Les deux autres femmes étaient « la reine de Northgales et la reine de Wastelands »

http://www.isoptech.com/f-es-du-zodiaque

La Légende de Perceval

Perceval fut un chevalier de la table ronde à la recherche du Graal, le calice contenant le sang du Christ.


Un soir, en vision, il vit un château où un vieux roi allait mourir. Il vit se dérouler une procession. Et vit le Graal. Sans mot, il continua à visualiser la scène quand une grosse voix s’éleva et lui dit qu’à cause de son silence, il a tout perdu. La voix lui expliqua que le but de cette vision est de poser la bonne question qui guérira le Roi.


Il se réveilla en sueur et comprit qu’il avait été aveugle toute sa vie. Il partit donc de longues années à la recherche du château de ses visions. Quand il retrouva le château, endurci et assagi par les épreuves vécues, il assista à la scène de ses visions et posa la question : “A quoi ou à qui sert le Graal ?”.


A ce moment, le vieux roi ne meurt plus. Perceval découvrit qu’il était le fils du Roi du Graal et devint le nouveau Roi et le gardien du Graal.

La Légende dit que le château en question est le Mont Saint Michel.

Le Lion doit apprendre à poser les bonnes questions : “Qui suis-je et d’où viens-je ?

Le Lion n’est pas conscient de la route qu’il suit et pourquoi il la suit.

La quête du Lion est la quête du Moi.

SEKHMET

Déesse lionne, déesse de la fureur destructrice du soleil en provoquant la canicule et les épidémies meurtrières. Sa force se manifestait aussi dans des phénomènes météorologiques : les tornades, le vent du désert, qu'elle soufflait telle une flamme brûlante. C'est pourquoi on l’appelait "la Flamme", "la Brûlante".


Fille de Rê, épouse de Ptah et mère de Nefertoum, eux trois formaient la triade de Memphis. Associée à la médecine et à la magie, les disciples de Sekhmet furent l’une des plus vieilles corporations de médecins d'Egypte.

La légende raconte que Rê, navré par la rébellion des hommes, demanda conseil aux autres dieux. Ceux-ci lui suggérèrent d'envoyer son "œil divin" pour « dresser » l'humanité.  Rê accepta et envoya son "œil divin", Hathor, transformée en Sekhmet.


Mais devant la violence déployée par Sekhmet pour détruire les hommes, Rê utilisa un subterfuge pour stopper la fureur de la déesse. Il prépara une boisson composée d'herbes, de jus de grenade et de bière. Trompée par la couleur du liquide qu'elle croyait être du sang, elle en but jusqu'à s'enivrer et Sekhmet repris l'apparence de la divine Hathor.


Grâce à l’intervention de Rê, l'humanité échappa de justesse à son extinction, mais les maladies et la mort apparurent sur la terre.


Symbole d’autorité et de pouvoir, Sekhmet représente le manque d'indulgence dans la prise de décision ou dans l’action.

*MYTHE SUMÉRIEN

UTU -  UN OEIL ÉTINCELANT, TÉMOIN ET JUGE

" Utu le vaillant, le père de la Grande Cité à l'orient, le grand héros d'An le saint, le juge, celui qui rend les sentences à la place des dieux, celui qui, adorné d'une barbe de lazulite, monte de l'horizon au ciel »


Dieu sumérien du Soleil, Utu est également considéré comme le Dieu de la Justice. Sa position dans le ciel lui confère en effet le pouvoir de voir tout ce qui se passe sur Terre. C'est probablement pour cette même raison qu'on lui attribue le pouvoir de connaître l'avenir et celui de le révéler aux Hommes.

 

Son symbole est un disque orné d'une étoile à quatre branches séparées par des faisceaux de rayons ondulés. Il est caractérisé sur des monuments par des flammes qui s'élèvent au-dessus de ses épaules.

*MYTHE BABYLONIEN

SHAMASH  - UN REGARD OMNISCIENT SUR LE MONDE

Après avoir tué sa mère Tiamat, Mardouk coupa son corps en deux afin de créer un nouveau monde. Avec l'une des moitiés il forma la Terre, et avec l'autre il conçut la voûte céleste sur laquelle il plaça les astres.

Nés de cette dépouille, Sin Dieu de la Lune, et Shamash Dieu du Soleil se partageaient la maîtrise du temps. Alors que Shamash gérait l'écoulement des jours et des années, son père Sin ne dirigeait que les mois.

 

Le dieu Soleil Shamash était également capable de tout voir. Il fut ainsi associé aux questions de justice et de divination comme Utu son prédécesseur. Ce rôle l'impliquait directement dans les décisions politiques et sociales prises par les rois.

*MYTHE PERSE

MITHRA « Lève-toi, Soleil, aux chevaux rapides » 

« La lumière qui voit tout est l'emblème de la vérité, et c'est surtout comme témoin universel que Mithra est devenu l'incarnation céleste de la conscience et de la vérité.» (Darmsteter, Zend Avesta, II, 141, 142)

Monté sur son char attelé à des chevaux blancs, Mithra est associé au Soleil et apparaît comme l'esprit du bien et l'ordonnateur du monde. Dieu aux milles oreilles et aux dix milles yeux, son regard embrase l'Univers et rien ne lui échappe. Son parcours annuel était considéré comme une illustration cosmique de la destinée humaine : naissance, vie, mort et résurrection.

*MYTHE GRECQUE

HÉLIOS 

L'astre diurne est représenté par le Dieu Hélios. Fils des Titans Hypérion et Théia, il est également le frère de Séléné, Déesse de la Lune. Chaque jour, Hélios traversait les Cieux dans un char doré, tiré par quatre chevaux. Précédé par Éos, l’Aurore, il procurait la lumière aux dieux et aux mortels.

 

Hélios était également le seul à savoir contrôler les chevaux de son char ardent, mais suite aux demandes de son fils Phaéton, il lui laissa les rênes. Rapidement, Phaéton en perdit le contrôle et traça une longue entaille dans la voûte céleste, cette entaille fut ensuite nommée la Voie Lactée.


La place d'Hélios dans le ciel lui permettait aussi d’être le témoin de tout ce qui se produisait sur Terre. Aussi put-il avertir Héphaïstos des infidélités de son épouse Aphrodite avec le dieu Arès. Il mit également fin à la quête désespérée de Déméter partie à la recherche de sa fille Perséphone en lui annonçant son enlèvement par Hadès, dieu des Enfers.

*MYTHE HINDOU

SURYA « L’ŒIL DU CIEL, QUI VEILLE SUR LE MONDE »

Surya est le dieu brahmanique du soleil, fils d'Aditî et de Kashyapa. Il est le Dieu Soleil, source d'énergie et de lumière qui enveloppe et pénètre la Terre. Il est également le père de Manu, le premier homme de l'humanité.

 

Surya est celui qui met en mouvement les êtres et les choses. Chaque jours, il traverse le ciel accompagné d'Usas (l'Aurore). Sa chaleur et sa force peuvent à la fois créer, nourrir, et détruire tous les êtres. Son éclat était tellement éblouissant que son épouse finira d'ailleurs par le quitter.

 

Dans les Védas, le Dieu Surya est représenté par un jeune homme auréolé du disque solaire, et conduisant un char de lumière tiré par sept chevaux (pouvant représenter les 7 jours de la semaine)

*MYTHE ÉGYPTIEN

" Il apparaît le matin, dans sa barque divine, et prend le nom de KHEPRI. Au zénith, il est vraiment RÂ, puis il descend à l'horizon, se couche et devient ATOUM "
 

ATOUM - C'est sous la forme d'un grand lotus que le Dieu du Soleil, Atoum sortit des Eaux primordiales et devint le créateur du monde. Avec sa semence, le Dieu Solaire donna naissance à 4 divinités : Shou (l'Air), Tefnout (l'Eau), Geb (la Terre) et Nout(le Ciel).

Dans l'Égypte ancienne, le Soleil représentait l'élément central autour duquel tout s'organise. Les Égyptiens se sont tout particulièrement attachés à décrire la navigation nocturne du disque solaire : chaque nuit, le Soleil dans sa barque doit affronter des épreuves et vaincre des forces hostiles, notamment l'attaque du serpent géant Apopis.

 

LA BARQUE CÉLESTE - Chaque matin, Rê se lève à l’Orient aux sons des chants et des danses. Il ouvre son œil étincelant, puis monte dans la Barque du Jour qui naviguera dans le firmament jusqu’au soir.  Il passera alors dans la Barque de la Nuit, à bord de laquelle il traversera le monde inférieur, un monde nocturne habité par la mort.

 

HORUS - Le Soleil et la Lune furent ensuite vénérés comme les 2 yeux du Dieu Horus, maître du Ciel.


*MYTHE CHINOIS

LES 10 SOLEILS

Au commencement du monde se trouvaient 10 soleils (fils de Jun, Dieu du Ciel et de Xihe, Déesse du Soleil) qui vivaient ensemble dans les branches d'un arbre géant, le Fu Sang. Chaque jour, un des soleils était autorisé à se lever et à grimper jusqu’au sommet de l’arbre. Il partait ensuite dans un char tiré par six dragons pour accomplir sa ronde dans le ciel. Il rejoignait ensuite ses frères au pied de l'arbre géant, et l’obscurité retombait sur la Terre.

Les astres se levaient ainsi à tour de rôle, et il n’y en avait jamais plus d’un par jour dans le ciel. Jusqu’au jour où ils décidèrent de partir en même temps, infligeant aux hommes une chaleur intolérable. La Terre fut grillée, des monstres sortirent de nulle part, et les Hommes faillirent mourir de soif et de faim. Jun eut alors pitié des hommes et envoya son meilleur archer Yi. Ce dernier régla le compte aux dix frères rebelles, sauf à un seul qu'il décida finalement d'épargner.

AMATERASU "LA GRANDE DEESSE QUI ILLUMINE LE CIEL"

Le Dieu Izanagi fit sortir de son oeil gauche la déesse Soleil Amaterasu, et de son oeil droit le dieu Lune Tsukiyomi. Amaterasu était si brillante que ses parents l'envoyèrent au ciel dans les hautes plaines célestes, où elle règne désormais en tant que protectrice des Hommes.


Le frère d'Amaterasu était si violent et destructeur que la déesse du soleil décida de se réfugier dans une grotte céleste. Privée de lumière, la Terre et ses habitants subirent le froid et la nuit.


Les dieux décidèrent alors de se réunir afin de résoudre cette terrible situation. L'un d'entre eux suggéra de piéger Amaterasu, et plaça un grand miroir devant sa grotte. Les divinités se mirent à danser et, entendant ce joyeux tumulte, Amaterasu se risqua dehors. Éblouie par son propre reflet, elle ne put empêcher l'un des dieux de la saisir par la main, pour la faire sortir de son refuge.


La chaleur du Soleil revint alors sur Terre pour le bonheur de tous.